un samedi aux rochers du vallon( enfin... en théorie)

le 21 janvier 2020 , par Gregoire FLEISZEROWICZ , 235 vues

   Ca y est, nous y voilà. L'arrivée fut certes des plus compliquées avec les chutes de neige du vendredi soir mais tout le monde peut finalement atteindre le gite (plus ou moins facilement) grace aux conseils avisés d'Aurélie digne d'un bison futé des montagne et on peut donc lancer comme il se doit ce grand rendez vous annuel qu'est le weekend intégration.

Le gite des Hyeres est maintenant bien connu pour beaucoup d'entre nous et on commence meme à y avoir nos petites habitudes. Malgré une arrivée plutot tardive et une certaine pagaille, tout le monde met la main à la patte, les premiers arrivés ayant deja bien attaqué les préparatifs et c'est à une haure somme toute convenable qu'on peut attaquer les classiques diots-crozets du vendredi soir...

De quoi prendre des forces pour le lendemain avant une soirée sans excès pour etre d'aplomb pour la course du lendemain (on n'a plus vingt ans!)...

On décide avec Willy de soigner notre bilan carbone et de partir à pieds du gite. On nous prédit peu de neige sur les pentes sud-ouest où doit se dérouler notre rando mais on n'y prete pas trop d'attention. On est quand meme à 1800m, ca devrait le faire...

Le groupe est mixte avec trois skieurs, un split, deux raquettistes (dont un en hard boots-plaques) et meme un quadripede, mixité qui n'entrave en rien notre rythme de progression. On est peut etre meme trop pressés si bien qu'on part à gauche avant de sortir de Valfroide et sans checker la carte. Ca semble nous mener vers notre destination mais il s'avère en fait qu'une vilaine ravine nous empêche de traverser, nous obligeant à faire un grand détour... Qu'a cela ne tienne, il n'y a qu'à changer d'objectif! N'en deplaise a nos poursuivants malheureux, victimes d'ennuis mecaniques et forcés de partir à pieds du gite également, à qui on est maintenant en train de faire la trace... mais aussi de priver de poudreuse vierge pour la descente.

Les pentes du Pasquier (Brioche y serait -il pour quelque chose dans ce nom?!) du roi sont effectivement vierges et en bonnes conditions; tracer là dedans face à la Meije est un plaisir. En parlant de Meije, la Chienne ci-nommée semble aussi apprécier et s'en donne à coeur joie, multipliant les aller-retours entre la tête et l'arrière du groupe. 

La descente s'annonce bonne... Bonne elle fut mais un peu moins qu'espéré, j'avoue, faute à un début pas assez pentu et à un fond dur qu'on ressent quand meme, plus bas. Ca reste quand meme plus que correct, sauf pour le pauvre Emmanuel qui a bien du mal à trouver ses marques dans ces pentes et sur cette neige avec le snowboard alpin qu'il a ressorti pour l'occase...

S'en suit un picnic au soleil aux chalets de Valfroide puis une série d'exercices de recherche dva qui démontrent encore une fois à quel point il est important de pratiquer (et de posséder du matos correct: sus aux pelles en plastique modèle "bac à sable"!).

Laurent doit ensuite rentrer régler un problème de crevaison et Emmanuel préfère le suivre. Aurélie, Florian, Willy et moi sommes, de notre côté, bien déterminés à rentabiliser la journée à fond et à s'offrir une derniére descente dans une lumière de fin de journée hivernale dont on a pas souvent la chance de profiter.  On remonte en face dans une poudreuse de meilleure facture encore. La Meije et ses glaciers, des lumières rasantes, quelques bouleaux epars, une poudre immaculée et une belle equipe, on est franchement pas mal! Une derniére descente excellente et on rentre à notre tour au gite face au coucher de soleil... Top journée qui donne le sourire pour la soirée et annonce un lendemain sans doute aussi bon... Mais ca, c'est une autre histoire que Georges vous contera plus tard...

Greg

ps: je n'arrive pas à mettre de photos, désolé