Dans la neige, face à la Meije

le 15 février 2019 , par Gerard MENNETRIER , 612 vues

Rando nordique sur le plateau d'Emparis, c'est magnifique et pour quelques uns héroique. Sur le plateau, tout va bien: c'est vaste, c'est plat, c'est désert, c'est beau. Mais encore faut-il y monter chaque jour depuis le refuge du Pic du Mas de la Grave où nous séjournons 4 jours pour randonner en étoile. Et des étoiles, nous en avons 13: 13 joyeux randonneurs/euses qui sont ressortis heureux de ce séjour, parfois fatigués, mais éblouis par les beautés de ces montagnes, et satisfaits de s'être dépassés.

La neige profonde et vierge est propice à l'apprentissage de la trace: déchiffrer la carte et ses courbes de niveaux, lire le terrain, dessiner une harmonieuse arabesque en contournant les mamelons, comme une sensuelle caresse ... Jamais fatiguées, Odile et Eve se disputent la trace, alors que Jean-Pierre hérite du rôle ingrat de serre-file.

Nous profitons des 2 premières journées annoncées radieuses pour couvrir 2 beaux parcours:

- du Chazelet au refuge du Pic du Mas de la Grave par le chemin des écoliers, ou plutôt par les crêtes du Gros Têt (2613m). La descente vers la Cabanote puis les chalets de la Buffe, n'est pas facile avec ces sastrugis suivis de neige croutée. Pourtant Christiane et Hélène enchainent les télémarks.

- du refuge, il faut remonter les 350m obligés vers la Cabanote, pour enfiler le Rif Tort, emprunter le GR50 jusqu'au col du Souchet (2365m). Retour à pas rapide pour rallier le refuge avant le coucher du soleil. Le lac Noir sera pour une autre fois.

Le 3ème jour s'annonce plus maussade l'après-midi. Par une longue traversée sur la rive gauche du torrent de Rachas, nous atteignons le col des Trente Combes. Col historique par où le père Salomon, ancien habitant du refuge, passait sa contrebande vers l'Italie.

Le vent et le blizzard réduisent la visibilité lors de notre descente. Bon exercice d'orientation, avant de retrouver la douce chaleur du refuge.

Quant au 4ème jour, au vu des 20cm de neige tombés pendant la nuit, nous préférons redescendre sur le Chazelet par la rive gauche du torrent du Gà, agréable rando dans cette nature silencieusement enveloppée de ouate neigeuse.

C'est avec émotion que nous quittons le refuge, son chaleureux propriétaire Denis, la belle Cécile et le jeune Adrien. Avec eux, nous avons chanté, ri, joué, écouté les contes de Marie-Hélène, élaboré d'autres projets.

Une envie: revenir passer du temps dans ce cocon.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Evénement lié : 2019-02-08 - SRN à Emparis