Les minis aux sources de la Romanche

le 18 octobre 2018 , par Didier CHAMINADE , 452 vues

Alors voilà : il fait beau, il fait chaud et lundi c'était la rentrée....il faut faire durer le plaisir et profiter de cette météo incroyable pour se donner une petite prolongation estivale...
Ça tombe bien les enfants n'ont pas tous connu l'ambiance du refuge : c'est le moment de la leur proposer. Deux jours en montagne donc pour se dépayser, faire durer les vacances, découvrir de nouveaux espaces et le refuge.
Quelle meilleure destination que la haute vallée de la Romanche ? Des sommets célèbres et déchiquetés, des glaciers qui se jetent sur nous, une rivière étincelante, une approche facile pour les jeunes et un itinéraire tout autant pour emmener un groupe aussi important sans perdre un minot . Ah oui parce qu'au miniCAF c'est par paquets de 2 à 4 que se font les inscriptions ! ça chiffre vite ! Donc la sortie est ouverte pour 20 personnes et, mieux qu'un concert de star du rock, les places sont prises dans la journée. Bref, au final on est.... Plein !
Ça tombe bien le refuge de l'Alpe de Villar d'Arene est encore ouvert et immense.
Entre eau, roche, marmottes et autres animaux au refuge (la chasse à la poule !!), tout le monde s'est bien marré.
Départ par un pique-nique de rêve à l'ombre d'une claire futaie au bord de l'étang près du pont d'Arsine.
Tranquillement la troupe se met en route et s'étiole le long du chemin au rythme des marcheurs entre courses pour les jeunes et... disons, moins, pour les parents et les encore plus jeunes .
Franchissement de torrent, observation du glacier de l'Homme surplombé du refuge de l'aigle, un petit coup de rein et en quelques lacets nous voilà sur la prairie juste avant le refuge. C'est le paradis des marmottes ! Et le bonheur des petits et des grands qui s'en approchent à quelques mètres.

marmotte


Trop bien calculé l'horaire : nous arrivons pour le goûter. On joue à faire du toboggan sur les rochers (merci les pantalons !) et on chasse la poule.

poule


Le soir tombe vite, on découvre les (grands) dortoirs, tout le monde est excité avec son sac à viande, sa lampe frontale...
Allez c'est l'heure du diner : il nous faut trois grandes tables... ça bruisse dans le réfectoire !

Mais tout le monde rigole bien et qui a dit que les enfants n'aimaient pas la soupe !!?? Légendes urbaines : la preuve avec Gabriel et Lucien.

Gabriel et Lucien


Quand la jeunesse est au lit les vieux font la fermeture du réfectoire, aidés en cela de carburants divers, variés et drôlement efficaces. Bref, polis, nous éteignons la lumière du réfectoire avant de monter se coucher.
Le lendemain il fait frisquet au lever mais au moment de partir : quelle lumière ! Nous descendons sur la prairie bien plane dans laquelle serpente la haute Romanche. On dirait une savane africaine parsemée d'arbres épars... surplombée de parois rocheuses vertigineuses.


Arrivée un peu au-delà du pont de Valfourche, sous le regard sombre et lumineux de glace de la Roche Faurio, nous rebroussons chemin pour se trouver un arrêt pique-nique. Une vasque d'eau si pure qu'on peut y compter les grains de sable au fond nous arrête.
Encore un bon moment de partage, d'escalade sur les rochers environnants et – honneur au warrior – de bain pour Fabien dans une eau autour de 5°C... ça pique !

L'heure tourne il faut rentrer. Courageusement les enfants tiennent la distance car, si la ballade est assez plate elle est bien longue ( 6,5km pour la seule descente, la ballade du dimanche comptabilisait au total 8,5 km).
Goûter au parking du Pas de l'âne et hop, il faut prendre la route car demain il y a école, pour les grands et les petits. Ils ont tous pris une grande bouffée d'air, des images plein les yeux et des bonnes rigolades.