Roche Noire (presque)

le 18 janvier 2018 , par Thomas WILLECOMME , 705 vues

Samedi, au (petit) matin nous nous retrouvons au parking du botanic qui, avec les autres Cafistes, ressemble à un hall de gare. On embarque à bord des véhicules dirrection le Rivier d'Allemond et on arrive encore une fois au milieu des autres Cafistes. 

Nous acceptons de participer à un tracé GPS pour l'université de Savoie. Pour une fois, il n'y aura pas que Google qui collectera nos infos !

Nous commencons par un long chemin forestier qui monte gentillement jusqu'à atteindre la combe menant au Col, qui elle, est plus raide. Je me gave de graines et autres pates de fruits pour survivre. Nous observons un petit chamois qui galope au loin et, après quelques petites heures, nous arrivons à un premier raidillon. 

Nous croisons un skieur qui descend avec un style assez propre à lui. Une sorte de brasse, la tête en bas. Je monte au dessus de lui puis j'essaye de l'immiter avec une variante en raquettes juste à coté de sa "trace" (une grosse tranchée, soyons honnêtes). Je me relève, retire la neige de (sous) mon t-shirt pour remonter tout droit avec les crampons des raquettes. Un peu bourin mais efficace ! Les skieurs (Xav et Aurélie) galèrent aussi : peaux qui se décollent, couteaux dans la voiture... mais une paire de crampons leur sauve la mise. J'en profite pour prendre des photos de ce court instant ou je ne suis pas à la traine :).

Le reste du groupe est parti en reconaissance sur le second raidillon. Nous les rejoignons jusqu'à 50 mètres sous le col. C'est casse gueule et tout gelé. On décide de redescendre et je mitraille un peu

Max qui hésite à ce lancer

À nous la puff

Géraldine qui surf avec toute sa concentration

Aurélie a cassé sa chaussure... C'est pas facile et ca se voit ;-) :

Aurélie en chasse neige

La descente est d'autant plus compliquée que le valon est interrompu de grosses coulées à peine recouvertes. On a l'impression de passer sur des cailloux. Il y a aussi des bandes de glace. Pas toujours évident de se lacher donc. 

Xav et Élise qui apprécient le paysage

Heureusement sur le bas il y a de la bonne puff sur quelques centaines de mètres entre les sapins.

WAHOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOO !

Et même si c'est pas long, c'est quand même bon ! Ensuite, une petite collation au soleil et retour à la voiture. 

Bref, une très belle journée et une combe qui n'a pas livrée tous ses secrets.