Devinette parapente (année 6) : AOC, IGP et compagnie

le 29 novembre 2015 , par Philippe BELLEUDY , 3000 vues

nov.2015 : je continue lentement à restaurer les 8 années de devinettes perdues... je vous remercie de me signaler les problèmes d'affichage Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

lien vers année 7>

Septembre 2013 : Ça sent le pétaron ! 
Ce mois-ci place à la démagogie. 1/ Avec un titre rabelaisien, mais les parapentistes appellent comme cela les thermiques limités en taille mais puissants, comme celui que semble avoir attrapé Martine sur cette photo. 2/ Avec une devinette facile pour avoir au moins quelques bonnes réponses. C’est comme les exams, on les fait de plus en plus faciles pour ne pas être déçus par les étudiants.
Question : D’où a été prise cette photo ? Question subsidiaire : Combien de bonnes réponses est-ce que je recevrai ce mois-ci ?
Dernier argument pour que vous soyez nombreux à répondre : à la fin du mois, le Jury souverain se réunira autour de Maître Yoda, il se versera un petit verre et ouvrira une tablette de chocolat. Il sera alors en mesure de délibérer et de désigner les vainqueurs de cette sixième année de la devinette.
Dernier, dernier argument : à moins de 87 réponses, bonnes ou mauvaises ne chipotons pas, il n’y aura pas de septième année.
.
La solution : Il ne faut pas croire tout ce que j’invente ici : les pétarons ce ne sont pas du tout de petits thermiques péteux mais les habitants de Villard-Reymond dans l’Oisans. Le photographe (Jérôme) est à du côte de la Croix du Carrelet et Martine un peu plus loin vers Prégentil avec sa passagère. Derrière, il y a le Taillefer et à sa droite le plateau qui monte vers le Grand Albert. 6 réponses en septembre, 5 bonnes et une mauvaise, mais 153 visites pour le mois et 11035 depuis la création de la page, en 5eme position derrière les imbattables du site du CAFGO (Ce jeudi, Allo la météo ? Horaires des permanences et plan d’accès). Allez, on continue pour une 7ème année.
Les gagnants : 1/ non-parapentiste : Bernard M. ; 2/ parapentiste :Les groupies habituels et Daphné.
Le Jury souverain s’est servi à chacun un petit verre de cerises à l’eau de vie. Il réfléchit, il consulte les archives de l’année... et le lauréat est Christophe R., le dévoué webmestre du site internet CAFGO. Bravo Christophe, tu as gagné une place prioritaire pour un vol biplace inscris toi vite ici.



Août 2013 : On dit que j’ai de belles gambettes 
Cette étape est certainement un peu trop exotique alors je vous montre tout l’album.


La solution : Il y avait certes des indices mais ils n’étaient finalement pas confondants : si je croise la carte de répartition des mélèzes avec la carte de répartition de la lavande, on n’est pas très avancé. Rosa Canina n’est aussi pas discriminant. Mais un endroit où on trouve à la fois du mélèze et de la lavande c’est plus caractéristique. Les maisons ne sont pas vraiment des chalets de Haute Savoie. Vers le sud, l’horizon est assez dégagé derrière la crête de Corpatas (les corbeaux) ; et vers le Nord-Est, on voit le Mont Mounier (pas celui de l’autre côté de la rue Marcel Peretto, mais celui-là). On est donc évidemment au dessus de Guillaume au Mont Saint Honorat. L’atterrissage, c’est au Moulins, commune de Sauze, et plus précisément à Champ Garri (le pré du rat). C’était évident, non ? 
Les gagnants : personne !



Juillet 2013 : Palindrome et sudoku 
Avec cette formule magique et une assiette, on peut éteindre le feu sans eau. Méphisto est dans le coup. Où est-ce ? et que signifie tout ce charabia ?

La solution : La photo n’était pas très belle je l’avoue. J’ai décollé un peu sous le sommet de la Cime de la Cavale qui est au milieu de la photo. Le Coiro est derrière et dans l’enfilade du col de Pierre Luminet à droite, on voit du côté du Petit Renaud à mon avis. Venons en aux diableries : On trouve à Valbonnais (à l’atterrissage) un carré magique SATOR. Si vous connaissez un pompier, dites lui que s’il écrit ce carré magique sur les deux côtés d’une assiette et qu’il la jette-la dans le feu, aussitôt le feu s’éteint. C’est écrit dans les livres. Méphisto ? OPERA... oui, bof. En tout cas il paraît que c’est plein de télestiches. Diablerie plus réelle : s’il vous prend l’envie de vous rafraichir au plan d’eau de Valbonnais, allez voir la couleur du ruisseau qui sort du plan d’eau et qui retourne à la Bonne. Bah, c’est pas plus grave que ça... C’est juste un excès de nutriments.
Les gagnants : 1/ non-parapentiste : Christophe R. ; 2/ parapentiste : Michel P., très fort en diableries



Juin 2013 : des clous ! 
Certains d’entre vous aiment bien les devinettes qui regardent en bas, avec des beaux villages. Aujourd’hui c’est pour eux.

J’ai passé la soirée pour trouver une question subsidiaire qui vaille la peine. Je n’ai rien trouvé mais je me suis instruit. Raoul Blanchard m’a appris qu’on fabriquait des clous dans la région auparavant. Mais c’est normal de s’instruire ici. Pourquoi ? C’est donc la question subsidiaire n°1. On est content de ne pas trouver de clous dans ce qu’ils fabriquent de plus fameux aujourd’hui. Pourquoi ? C’est la question subsidiaire n°2.

La solution : Dans les bouquins de Blanchard, il y a beaucoup de choses, mais c’est encore plus complet dans la Revue de Géographie Alpine (merci Jérôme). On apprend que tout est parti avec Louis Turinaz, mais que c’était un peu plus en aval sur le Chéran, et non pas ici à École-en-Bauges. Certes on y trouve comme partout du fromage, d’ailleurs de la tome (avec un seul m, seule AOC de tomme de Savoie, merci Simon c’est fou ce qu’on s’instruit à École). Mais je visais surtout la petite maison (à droite au dessus de la route avec les deux fenêtres de toit, non pas celle tout à droite mais celle qui est un peu en retrait derrière l’autre...) à l’enseigne de la Boulangerie Savoyarde, qui fait du bon pain vendu jusque chez les anglais, qui ne le méritent pas depuis qu’ils ont brûlé Jeanne, et aussi chez monsieur Satoriz (une société secrète ? un indice pour le mois prochain...).
Les gagnants sont le mêmes que le mois dernier 1/ non-parapentiste : Michel D. ; 2/ parapentiste : Tarik C., donc le mois prochain je mettrai une photo pour les autres groupies de la devinette



Mai 2013 : Strip-tease de printemps 
Je reprends ce mois-ci la bonne recette de l’image qui se dévoile petit à petit pour relancer un peu la fréquentation de la devinette. On commence avec 25% de l’image, puis 50% 5 jours plus tard, 75% dans 10 jours et enfin 100% le 15 mai.




Nous avons donc maintenant les quatre photos promises. La dernière montagne à gauche sur le panorama doit logiquement déclencher une avalanche de bonnes réponses. On a ici par ailleurs une bonne illustration de la question : "Alors qu’on fait des écrans de plus en plus larges, pourquoi fait-on des pages web de plus en plus étroites ?".

La solution : Premièrement, je tiens à préciser que ce n’est pas un vol en escadre comme le croyait une ardente joueuse de la devinette. Les parapentes ne volent pas si près parce que c’est dangereux. On voit au fond, la Tête Chevalière sur la première photo. Et puis tout à gauche sur la dernière photo, on reconnait le Jocou. La preuve au bout de ce lien..
C’était le 8 août 2010 au Châtel, l’album complet de la journée est ici.
Les gagnants : 1/ non-parapentiste : Michel D. 2/ parapentiste : Tarik C.



Avril 2013 : J’ai vaincu ! (Napoléon Bonaparte) 
J’étais à peine revenu de mes émotions sur le projet de construction d’une station de ski à Fessole quand on a attiré mon attention sur cet autre projet de déménagement du territoire (cliquer ici) qui a l’air bien avancé. Tant pis pour la devinette qui y perd un peu de son mystère ce mois-ci, mais je voulais associer cette nouvelle un peu aigre avec une photo souvenir de cet endroit où l’on ne volera plus comme avant. Où était le décollage ? 
Question subsidiaire 1, directement pompée sur l’Almanach Vermot : Quel est ce général français entouré d’anglais qui a pris la parole un fameux 18 juin ? 
Question subsidiaire 2 (trophée Carambar) : Qu’a répondu l’aubergiste à Bonaparte, après que celui-ci fut entré vainqueur dans son auberge le soir de la bataille de Marengo pour fêter sa victoire ? 
Question subsidiaire 3 : Où Martine a-t-elle atterri ce jour là ? 


La solution : Ah les blasés ! Plus rien ne vous étonne, plus rien ne vous révolte ! D’accord c’était une blague facile de 1er avril et j’ai bidonné un site web pour l’occasion. Il n’y a donc aucun projet de parc de loisirs en Matheysine (à ma connaissance), mais j’ai tout fabriqué à partir d’éléments véridiques, les résidents qui se ressourcent dans un cadre exceptionnel de verdurela reconstitution de la bataille de Waterloo, comme les jolis cottages et l’investissement juteux.
La photo provient d’un vol depuis le Piquet de Nantes en mai 2009. Le 18 juin 1815, le général Cambronne, cerné par les anglais, a clamé son dépit. Le soir de la bataille de Marengo, Napo est entré dans l’auberge en criant "J’ai vaincu !" et l’aubergiste a répondu "Je n’ai que 19 chaises !" (ah, ah ). Et puis Martine a atterri ce jour là à Saint-Martin-d’Uriage, la trace GPS ici.
Les gagnants : pas de réaction, pas de réponse ce mois-ci...



Mars 2013 : Indignez vous ! 
Ces deux photos montrent le même bout de montagne. La première est une vraie photo, la deuxième est un montage trouvé sur le site du promoteur d’une station de ski qui devrait se construire au même endroit.



La question subsidiaire qui permettra de départager les nombreux lauréats ce mois-ci. Qui sait où en est l’idée sotte et grenue de faire là haut cette station de ski ?

La solution : Le massacre serait perpétré sur la prairie de Fessole. On trouve en effet ce projet bizarre sur internet. Du lard ou du cochon ? Il n’y a en effet rien qui vous empêche d’allumer une rumeur et de la laisser se propager. 
Les gagnants : 1/ non-parapentiste : Bernard M. (Une station là -bas ? Et comment on s’y rendrait ? En téléphérique ?) 2/ parapentiste : Anne B.



Février 2013 : AOC, IGP et compagnie 
C’est où ? Et qu’est-ce qu’on y mange ? 
devinette février 2013

C’est curieux, certains sont plus à l’aise dans les vues de villages, alors que d’autres préfèrent les sommets. Pour les villages, la recette est toujours de commencer à cerner la région par les toits. Ici c’est Séderon, dans la Drôme. A propos de recette, non on n’y mange pas de lavande (Jean-Marc), mais certainement des charcuteries et des croquants aux amandes (Jérôme) et de l’huile d’olive (Marie-Claire) puisque cette commune produit des produits d’indication géographique protégée Comtés rhodaniens, Coteaux des Barronies, Drôme, Méditerrannée, plus précisément des Agneaux de Sisteron, des volailles de la Drôme, du petit épeautre de Haute-Provence, de la farine de petit épeautre de Haute-Provence, du miel de Provence. Et puis surtout du Picodon en AOP. Non, pas de cheval pour les lasagnes...

Les gagnants : 1/ non-parapentiste : Marie-Claire D. 2/ parapentiste : Jérôme BD.



Janvier 2013 : On tourne en rond 
J’ai l’impression qu’on est toujours au même endroit dans ces devinettes. Il n’y a pas grand chose sur cette photo mais on a déjà rencontré certains éléments de paysage dans plusieurs devinettes précédentes (c’est la question subsidiaire : combien de fois et à quelles dates ?). Pour que tout le monde puisse jouer, je remettrai une autre photo avec un cadrage moins serré le jour anniversaire de la naissance de Grock.
Où a été prise cette photo ?

JPEG - 31.8 ko

10 janvier : voici une version un peu plus facile

JPEG - 47.1 ko

La solution : Décollage sur l’arête nord des Clottous (Cabane Vieille). Sur la première photo, on voit Plancol juste sous la voile, les pentes du Grand Armet à gauche avec le col de Comboursière en 2eme plan, le sommet de la Baisse a droite, en premier plan, et bien sûr le Taillefer en 2eme plan. Tout au fond, le Vercors. Si on veut rester au chaud, c’est ici.
En posant la question subsidiaire, je pensais que le nombre de devinettes qui recoupent les mêmes éléments de paysage étaient plus nombreuses. Il n’y en a en fait que trois si on se limite à la photo 1 : en juillet 2008, un peu de Taillefer, en avril 2010 avec un bout de Brouffier et en mars 2012 avec toujours un peu de Taillefer)
Les gagnants : 1/ non-parapentiste : Jean-Marc M. 2/ parapentiste : Nicolas V.



Décembre 2012 : Deficere in aenigma humanum est, sed perseverare diabolicum 
Où a été prise cette photo ?

Question subsidiaire : Je n’ai pas beaucoup volé cet automne alors je me suis consolé dans la pâtisserie. Combien de pommes sur cette tarte ?


La solution : Si vous avez bien remarqué, je ne vous ai pas donné la réponse le mois dernier. C’est parce que nous sommes restés au même endroit. Donc en novembre c’est le couloir en virgule sous l’Aup du Seuil. Martine a décollé du haut des pistes du col de Marcieu après une tentative au Petit Tas. Et puis en décembre c’est encore l’Aup du Seuil, mais vu de dessus au retour d’une balade sur les falaises de Chartreuse.
Sur mon 1/2 m² de tarte, il y avait au total 142 demi pommes (34 dans le coin NW + 37 en NE + 31 en SE + 40 en SW) donc 71 pommes.

Les gagnants : 1/ non-parapentiste : Christophe R. 2/ parapentiste : Julien C.(en tenant compte de la journée de handicap des groupies). Dans les pommes c’est Damien qui est tombé le plus près.



Novembre 2012 : où est passée la question subsidiaire ? 
devinette nàvembre 2012
Pas de question subsidiaire ? Eh bien non : pas de question subsidiaire ! Mais où a été prise cette photo ?

Les gagnants : 1/ non-parapentiste : Bernard M., puis Jean-Marc M. (je n’oublie pas la journée de handicap) et Christophe R. 2/ parapentiste : personne !



Octobre 2012 : Marchands de draps et éleveurs de mulets



C’est le pays de l’âne qui a dit que nous vaincrons parce que nous sommes les plus forts, de l’homme qui a imposé l’heure d’été en France, de l’inventeur de Marielle Goitschel, du fondateur de la Cité universitaire internationale, du boucher qui fait de délicieuses caillettes au genièvre, d’un ministre de l’instruction qui n’avait pas le bac, du bonhomme empoigné par des mains auvergnates dans un poème de Victor Hugo, et de tout plein de gens qui ont contribué à fabriquer une légende exploitée par Luis Mariano
Où est-ce, et qui sont ces personnages ? 

La solution : L’âne c’est Paul Reynaud, par ailleurs président du conseil en 1940 (ce qualificatif en raison de cette phrase définitive, pour le reste je ne juge pas). Celui qui a imposé l’heure d’été, ou du moins qui l’a promue, c’est André Honnorat (il a eu le tort par la même occasion d’inventer l’heure d’hiver). L’éleveur de Marielle Goitschel c’est Honoré Bonnet. Le fondateur de la cité U. Internationale, c’est toujours André Honnorat. Les bouchers qui font des bonnes caillettes au genièvre , et aussi du roulé pour manger avec les œufs ce sont les frères Claro (certains m’ont cité son concurrent Fossatti, mais après un test en aveugle avec mon frère, c’est Claro qui fait les meilleures...). Le ministre de l’instruction publique qui n’avait pas le bac c’est encore André Honnorat ; avec tous ces bienfaits il mérite bien d’être honnorat par le lycée de cette ville. Le député Manuel a été chanté par Victor Hugo dans les châtiments. Enfin c’est la patrie des marchands de drap du Mexique, d’où la référence à la regaine de Luis Mariano, mais j’aurais pu aussi citer une autre œuvre de 1954 Vera Cruz.
Il y aurait bien d’autres faits d’armes à mentionner pour évoquer cette vallée, mais c’était suffisant pour deviner Barcelonnette, sous-préfecture des Basses-Alpes.
Pourquoi les mulets ? Selon Raoul Blanchard, il y avait 1641 mulets en 1836 dans la vallée de l’Ubaye, soit 11 pour 100 habitants. Mais seulement 230 cochons (les caillettes et le roulé de M. Claro doivent être une nouveauté dans le coin)  
Les gagnants : 1/ non-parapentiste : Bernard M. 2/ parapentiste : Nicolas V.