Devinette parapente (année 7) : D’une rive à la rive contraire

le 29 novembre 2015 , par Philippe BELLEUDY , 3961 vues

nov.2015 : je continue lentement à restaurer les 8 années de devinettes perdues... je vous remercie de me signaler les problèmes d'affichage Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

<lien vers année 6
lien vers année 8>

Septembre 2014 : Brouillards montez ! versez vos cendres monotones. Avec de longs haillons de brume dans les cieux 

Où c’est ? La photo en plus grand au bout de ce lien pour vous permettre de voir entre les trous. Question subsidiaire (soyons cuistre) : je cite ici deux vers de Mallarmé dans une poésie reprise par Brassens. Dans quelle chanson ? 

La solution : "Je suis hanté, l’Azur, l’Azur, l’Azur, l’Azur !", repris par Brassens dans le bulletin de santé. Ou encore mieux ici. Où c’est ? comme en juin dernier, j’avais resservi des images de la veille (le but de ce divertissement est en effet de montrer que l’on vole !). On pouvait apercevoir des chalets d’alpage perdus dans la forêt, un torrent un peu violent en bas à droite, un bout de glacier tout en haut à droite, un bout de l’arête de l’Aiguille Verte avec Landru en premier plan sur le côté gauche. La photo était prise depuis le même endroit que la photo de la devinette de septembre 2012, un peu au sud du mont Joly.
Les gagnants : 1/ non-parapentiste : Bernard M. 2/ parapentiste : personne


Comme chaque année à cette date depuis 7 ans, le Jury souverain s’est réuni ce soir sous la présidence de Maître Yoda, huissier de justice, il s’est servi à chacun un petit verre d’eau de vie de prunes, il a longuement réfléchi, consulté les archives de l’année, constaté que les quatre mêmes acharnés trustaient depuis plusieurs années les places d’honneur. Considérant que Christophe R. a gagné l’année dernière et qu’il est toujours sur la liste d’attente pour un vol biplace, que Jean-Marc M., gagnant de l’année 5 et de l’année 4, hésite à répondre de peur qu’on ne le force à voler, que Bernard M. qui a gagné en année 3 n’a pas réclamé son lot (sans parler qu’il a encore grandi et que ce sera difficile de la faire décoller), considérant donc tout ça, le Jury souverain déclare Michel D. vainqueur de cette 7ème année. Il peut s’inscrire vite vite ici (ou en faire profiter la personne de son choix).



Août 2014 : À l’époque, ça pleuvait moins
Où c’est ? Quelle est la montage qui dépasse si je tourne un peu l’appareil vers la droite ?

C’est depuis le Légette du Mirantin dans le Beaufortin. Et si je cadre un peu plus à droite (ici l'image complète) je vois la Pierra Menta et le Mont Pourri. La preuve ci-dessous et aussi ici.

Les gagnants : 1/ non-parapentiste : Bernard M. qui a répondu faux mais qui a au moins tenté se chance. 2/ parapentiste : Jérôme BD. qui est hors concours parce qu’il est sur la photo



Juillet 2014 : Charade
Mon premier est ce que fait ma hyène quand tu lui jettes un os, mon second est ce que fait un grand breton qui remue les guiboles en cadence, mon tout est le nom de la commune où a été prise cette photo. C’est où ?

La solution : "Jette lui un os, ma hyène l’avale !". Celui qui me dira où trouver le bouquin édité en 1902 où l’ensemble des départements est mis en alexandrins a gagné une bise. Ces alexandrins sont d’Alphonse Allais et il y a des images. Je réalise cependant que celui-ci que j’avais en tête à propos du département de la Mayenne est plutôt du genre octosyllabe. Bref : mon premier c’est LAVAL. Les anglais qui remuent les guiboles, mais aussi les mathésins, ils dansent comme vous(*), mais il le prononcent "DIIINS". (* non, moi jamais). La commune où a été prise cette photo est donc Lavaldens. C’est donc le Grand Armet. Au premier plan la crête de qui vient du col de Comboursière (JM), au second plan les Clottous et le lac du Vallon à droite (JBD). C’est pris d’assez haut et certains on soupçonné une vue depuis un avion : mais non c’est tout simplement Martine avec un déco au Piquet de Nantes (le même jour que la devinette du mois d’avril dernier). Encore un vol de kéké pour Martine.
Les gagnants : 1/ non-parapentiste : Jean-Marc M. 2/ parapentiste : Jérôme BD.



Juin 2014 : Patience !
Et puis parfois, on attend dans le brouillard, alors on regarde passer les vaches. Mais c’est où ?

 

La solution : Bon d’accord, j’avoue l’objectif premier de cette devinette qui est de vous faire cliquer comme des fous sur les pages web de la section parapente et en faire les pages les plus actives du CAFGO. Il fallait donc courir vite visiter les Très Riches Heures où vous auriez pu voir que les vaches c’était le jour même à la pointe de la Galoppaz. Un site déjà visité il y a trois quarts de lustre avec le deux jumeaux Jean-Eugène et François Eugène PETIT en vedettes.
Les gagnants : 1/ non-parapentiste : Michel D. 2/ parapentiste : Michel P.



Mai 2014 : Encore un village !
Pas beaucoup d’imagination ce mois-ci. Et puis j’épuise un peu la collection. Mais comme certains d’entre vous aiment les villages vus de dessus... 1,92 habitants au km2.

Certes j’aurais pu vous sortir des anagrammes croquignolets pour cette devinette. Je vous laisse les proposer : c’est la question subsidiaire.

La solution : Villard-Notre-Dame qui fait "Va, mordant ridelle", ou "Là, volèrent mardi" , "Là, merdier volant" (mais il me reste un D pour les 2 derniers).
Les gagnants : 1/ non-parapentiste : Jean-Marc M. + Christophe R. 2/ parapentiste : Sylvain F. + JBD + Daphné 



Avril 2014 : Narine restante
Le plus difficile à croire dans cette devinette de premier avril, c’est qu’il n’y a rien de tordu. 

À part le titre bien entendu : c’est la question subsidiaire.
La solution : Nantes-en-Ratier, dont l’anagramme exacte est "narine restante". Ah c’est malin ! Décollage du Piquet de Nantes, c’était en mai 2009.
Les gagnants : 1/ non-parapentiste : personne. 2/ parapentiste : Michel P., et évidemment Jérôme qui a pris la photo 



Mars 2014 : Rodolphe once again !
Ce titre un peu rock’n roll c’est pour aider les groupies qui me suivent depuis quelques années sur cette .. Question subsidiaire : ça coule de droite à gauche ou de gauche à droite ? Vous direz qu’un fois deviné où ça se trouve c’est facile.

La solution : Quand l’Isère a été canalisée au XIXème siécle, les torrents principaux ont été conduits par des lits surélevés directement vers le lit de l’Isère qui s’exhaussait au dessus de la plaine. On voit celui du Vorz à Villard-Bonot (c’est la coulée verte verticale au centre de la photo. L’Isère a développé dans son corset des bancs alternés très réguliers mais ils se sont couverts de végétation et encombrés de limons à partir de 1990. C’est joli me direz-vous, et plein de castors, mais remarquez quand même que près de moitié du lit ne peut plus servir à faire passer la prochaine crue. Ça coule de droite à gauche. Décollage du Grand-Replomb en sept. 2013 après une montée par le couloir NE avec des forcenés.
Les gagnants : 1/ non-parapentiste : Christophe R. notre vaillant webmestre. 2/ parapentiste : Julien Ch.



Février 2014 : La prochaine fois, j’enlève les chaussettes
C’est juste la référence avec la bonne recette de la photo découpée en tranches. Ici j’ai caché le bas et vous ne voyez que le tiers supérieur. Dans 10 jours, je vous montre le tiers inférieur. La photo complète à la fin du mois. Attention, la question est toujours "où a été prise cette photo ?" et non pas "quel est cette montagne au fond ?". Question subsidiaire : ce n’est pas tellement la peine parce que le nombre de réponses reçues ne le justifie pas. Mais si ça vous manque, vous pouvez toujours compter le nombre de bestioles sur les vignettes des Très Riches Heures.


C’est bientôt la fin du mois, voici la photo entière pour ceux qui n’auraient pas encore reconnu le lieu de prise de vue.

La solution : Le Taillefer évidemment. C’était en juin 2009.. La solution de facilité pour le mois de mars aurait été de vous mettre celle-là, prise exactement au même endroit. Mais tant pis, je change de coin.
Les gagnants : 1/ non-parapentiste : Bernard M. 2/ parapentiste : personne : Jérôme qui a pris la photo m’a donné une mauvaise réponse (certes à partir de la tranche supérieure seulement). 



Janvier 2014 : En zoomant bien, on voit les écrevisses
On m’a toujours dit qu’il y avait des écrevisses dans cette rivière, mais je ne suis jamais allé vérifier. En tout cas le soleil se couche tôt sur ce village. c’est où ? Question subsidiaire : à propos d’écrevisses, combien d’animaux sur les vignettes des très riches heures (un troupeau compte pour un animal, deux chiens sur la même vignette compte pour un animal) ?

La solution : Bourg-d’Oisans, pas souvent au soleil en décembre. Les écrevisses sont/étaient dans la Rive.
Les gagnants : 1/ non-parapentiste : Jean-Marc M. 2/ parapentiste : Michel P. 



Décembre 2013 : D’une rive à la rive contraire
Les deux rives du lac sont visiblement de part et d’autre d’un truc géologique bizarre ici. Mais on va le dire autrement : Dans quel oeuvre littéraire (*) trouve t’on cette expression (le titre du mois), tout juste dans le même vers que le nom de la montagne d’où nous avons décollé ce jour là ? Question subsidiaire : quel est le nom de ce lac ? Question subsidiaire 2 : c’était où le décollage, quel est le nom de la montagne ?
(*) c’est dans la traduction d’Hippolyte Topin.

La solution : Décollage du Grand Arc. C’est le Lac Noir. Pour la légende, c’est ici. Pour la géologie, voir ici.
Les gagnants : 1/ non-parapentiste : Michel D. 2/ parapentistes : JBD 



Novembre 2013 : Garez-vous sur les parkings !
C’est en effet délicat de découvrir au moment de l’approche que le seul terrain d’atterrissage possible dans la vallée est encombré de voitures. Où est-ce ?

La solution : C’est au dessus du parking du Chalet hotel du Gioberney, après le vol des Rouies (que j’avais loupé (*) pour cause de fracture d’orteil). Derrière : la cascade dite “du Voile de la Mariée” ; en limite gauche, le Sirac ; plus à droite le, Pic Gazonné et le Pic de Vallon Clos (derrière la voile).
(*) j’ai recopié la réponse de Jérôme.
Les gagnants : 1/ non-parapentiste : pas de réponse, ils sont tous morts, on reste entre nous ; 2/ parapentistes donc : bonne réponse de Michel P. 6 minutes après le post, mais réponse 10h plus trad de Julien C., c’est donc lui qui gagne si j’applique le handicap promis. 
p.s. : évidemment c’est normal que Julien trouve la solution, c’est lui sur la photo si je me souviens bien. Il arrive tellement vite avec sa minivoile qu’il a cabossé l’aile d’un gros 4x4 garé comme un goret sur le terrain.



Octobre 2013 : Droit au but !
C’est comme à l’O.M., sauf que ici ça veut dire "On est souvent malchanceux". Il ne faut pas croire que le parapente c’est super parce qu’on évite la descente qui est souvent casse patte en montagne. En fait, les conditions ne sont pas bonnes à tout les coups et on descend souvent comme tout le monde, par le chemin. Pour inaugurer cette septième année de la devinette, je suis très dispendieux et il y a sept photos à deviner, tous des sommets où les conditions n’étaient pas volables et où on est descendus à pieds.

JPEG - 58 ko
Droit au but n°1 - Vent du sud pour exposition nord.

La solution : Évidemment le Dôme de Neige des Écrins. Départ dans la nuit, 2100m de dénivelé en comptant les errements dans la nuit sous le refuge du glacier Blanc ; puis tout dans l’autre sens sans avoir volé. C’était en juin 2006.

JPEG - 69.3 ko
Droit au but n°2 - C’est bleu en face mais l’orage gronde dans notre dos.

La solution : Chapotet au dessus d’Arvillard. C’était en août 2012. J’ai retenu : une culture de génépi à côté du chemin, deux mémés qui pique-niquent dans l’orage qui gronde, Abdel qui a jeté ses chaussettes à l’arrivée.

JPEG - 57.7 ko
Droit au but n°3 - Le décollage est dans le brouillard. Mais Martine volera quand même aujourd’hui, ce vol a d’ailleurs déjà fait l’objet d’une devinette.

La solution : Le Petit Tas, du côté de l’Aup du Seuil, un peu après les patous. Pour voir la danse du brouillard c’est ici. Reconnaissez vous la danseuse qui fait l’andouille au milieu du film ?

JPEG - 45.4 ko
Droit au but n°4 - Quand le vent baisse, les nuages bouchent le passage. J’ai attendu 4 heures avec mes figolus avant de redescendre.

La solution : Il faut passer les pieds-de-mouton dans la forêt, et puis monter un couloir herbeux très raide pour arriver à la Croix de Chaurionde au dessus de Fond-de-France. Je n’avais pas trop envie de refaire le couloir à la descente alors j’ai traversé dans le brouillard jusqu’aux Sept-Laux où j’ai pris quelques photos pour faire un sujet d’exam : Quel est le débit de vidange du lac Carré ?

JPEG - 25.6 ko
Droit au but n°5 - Le vent est à l’ouest au sommet, et on ne tentera pas un décollage falaise.

La solution : La Pointe des Arcas et le Pic du Rif. En visant une longue glissade vers le Monêtier. Vu d’un peu plus haut dans la devinette d’octobre 2010.

JPEG - 69.4 ko
Droit au but n°6 - Les prévisions météo se sont trompées et le vent descend du col. On décollera plus bas en versant sud.

La solution : Pointe de la Sambuy, en juillet 2013.

JPEG - 74.8 ko
Droit au but n°7 - Une station de ski au nord, une vallée déserte vers le sud, du vent rafaleux en face du décollage

La solution : Le Cheval Noir. En plein dans le flysch.

Les gagnants : Il y a eu beaucoup de visites ce mois-ci, mais une seule réponse. Vous êtes des boeufs ! Bravo à Bruno V. (le gagnant de la toute première étape en déc.2007) qui a trouvé du premier coup 4 sommets sur 7, et pas forcément les plus faciles. Je déduis de ses réponses que le Petit Tas ressemble au Granier (c’est pas bête), que la Croix de Chaurionde ressemble à la Galoppaz (en effet, dans le brouillard et sans voir la couleur du caillou...) et surtout que le pic du Rif, c’est comme le rocher du Parquet quand il y a de la neige.