Delicieux Valjouffrey

le 16 février 2020 , par Gregoire FLEISZEROWICZ , 264 vues

       We nivo2 au Lautaret en perspective, j'ai mon vendredi, je sonde donc les effectifs pour trouver d'eventuels motivés pour un couloir que j'ai dans le collimateur depuis longtemps et qui se trouve justement dans le coin... Au final, on est 4 partants: Pierre-Lo qui vient de faire faux bond à Claudie mais elle ne le sait pas encore (chut...), Etienne et Mounir. Les conditions s'annoncent finalement assez hasardeuses, pas de retour de terrain, fort vent et redoux en debut de semaine associés à une faible chute de neige (de l'ordre de 5,10cm d'après MF). On annule mais, en échange, Vlad propose un couloir efficace vers le bien-nommé Desert en valjouffrey. Pierre Lo, dans une enieme volte face se desengage pour retourner voir sa cousine. Sentirai-t-il venir le guenillage, cet homme au palmarès si fourni qu'on ne peut plus lui faire?  Etienne et Mounir sont motivés par cette idée de Valjouffrey. Perso, je n' ai jamais mis les pieds dans le désert, et c'est sur ma route, donc pourquoi pas... Seulement MF n'y annonce pas de meilleures conditions qu'au Lautaret et on n'a, bien entendu, pas plus de retour. Allez soyons fous, tentons-le! et laissons sa chance au fameux proverbe: "Qui regarde trop la météo, reste au bistro" (meme si dans ma tête, j'avoue etre sur une proba de mauvaise neige dans le couloir de l'ordre de 70/30 %)

On se retrouve donc dans ce bout du monde où je n'ai jamais mis les pieds. Nous attendent alors une succession d'embuches qui ne peuvent atteindre notre moral (quoique...).

 

Dans l'ordre: bon portage sur sentier en partie verglacé et recouvert de 2cm de fraiche (Etienne nous fait justement remarquer qu'il faudra se méfier à la descente), portage en traversée assez raide descendante entre rhodo, vernes,... avec option chute dans le ruisseau en contrebas (option non retenue), remontée sur bande de neige dure de 3m raide, traversée de champ de boules dures, remontée de cone de déjection lustré. J'avoue à Etienne, dès qu'on franchit le verrou, à la vue du vallon ravagé qui nous attend , que ,seul, je me serai déjà cassé... La proba est maintenant de 80/20 en restant optimiste. Mais comme on est là et bien déterminés à y croire jusqu'au bout, on continue... jusqu'à ce que la réalité s'impose à nos yeux: le couloir semble ravagé, la coulée qui nettoie le vallon en est bien issue et le cone est tout lustré...

Vers le col de la Vaurze, ca ne semble pas mieux.

st anne 2

On se réduit donc à chausser pour redescendre ce qui s'avère en fait pire qu'attendu, la bande de neige en bord de vallon etant très peu large, en devers et le fond bien dur ( j'irai meme, pour ma part, jusqu'à rechausser les crampons pour descendre 50m pas évidents où une éventuelle chute dans les boules me fait craindre le pire).

st anne 4

 

 

st anne 5Surtout ne pas se blesser sur une course comme ca!! au risque de s'en vouloir un moment... On profite de la centaine de mètres correcte avant de redéchausser, traverser le ruisseau et rester concentrés dans la descente pédestre foireuse qui s'ensuit.

Ouf, on est rentrés indemnes!

Que dire, si ce n'est que les guenillages de cet acabit nous rappellent que, parfois, on ferait peut etre mieux d'y rester, au bistro... Perso, sans doute dans le top 3 de mes plus belles bouses. En tous cas, la dernière de ce niveau remontait à quelques temps... Vivement que ca reneige!

Malgré les bons conseils de Fabien, j'ai encore vraiment galéré avec les photos, n'ai pas réussi a mettre ce que je voulais et avec les commentaires, désolé